All about Lily Chou-Chou, Iwai Shunji (2001)

ALL ABOUT LILY CHOU-CHOU
Année : 2001
Réalisation : Iwai Shunji
Avec : Ichihara Hayato, Oshinari Shûgo, Ito Ayumi, Osawa Takao, Ichikawa Miyako, Inamori Izumi, Aoi Yû et la voix de Salyu

Hasumi est un jeune trop calme pour son âge. Sa faculté à demeurer impassible devant les difficultés et à ne pas répondre aux coups et aux provocations va vite faire de lui un souffre douleur pour les élèves au sang plus chaud et à la tête moins pleine que la sienne. Il tient le coup grâce à sa passion pour la pop star Lily Chou-Chou, dont les chansons lui permettent de s’évader, de vivre, d’espérer. Cette passion il la partage avec son camarade Hoshino, et avec des millions d’autres fans, qui se retrouvent anonymement sur internet pour discuter de leur amour pour la mystérieuse chanteuse.

Introduction : Souvenez-vous : dans ce chef d’œuvre signé Iwai Shunji intitulé ALL ABOUT LILY CHOU-CHOU, une mystérieuse chanteuse faisaient basculer les cœurs de millions de fans éthérés. A l’époque, personne n’avait la moindre idée de l’identité de la « vraie » chanteuse ayant prêté sa voix à l’artiste de fiction nommée Lily Chou-Chou. Et bien aujourd’hui le voile est levé : il s’agissait donc de Salyu, une jeune femme qui a, depuis, prouvé à maintes reprises qu’elle faisait partie des plus extraordinaires voix de sa génération.

Alors par où commencer quand on aborde un film comme celui-ci ? Par un portrait du réalisateur Iwai Shunji? Cet homme qui parvient à cumuler les succès au Japon tout en restant fidèle à lui-même et en nous livrant régulièrement de grands films ? Par le thème de l’histoire peut-être ? A savoir les détresses d’une certaine jeunesse japonaise, les maux qui la tourmentent, et les rêves colorés qui l’habitent et parfois la hantent ? Oui, je vais débuter par cela : ces petits drames qui font et défont les vies alors même qu’elles sont jeunes et naïves. Dans ALL ABOUT LILY CHOU-CHOU, ces adolescents connaissent tous des difficultés, et si certains vont savoir faire face avec courage (Kuno Yôko par exemple), d’autres vont sombrer dans la facilité, la violence et l’incompréhension. Ils seront nombreux à s’identifier à la pop-star Lily Chou-Chou, s’échangeant leurs joies et passions communes sur le net, déchiffrant chaque message et parole de la chanteuse pour en habiller leur quotidien et maquiller leurs pensées : la passion peut alors aboutir à la dépendance et l’aveuglement.

Le film d’Iwai Shunji propose deux histoires parallèles qui vont bien évidemment être amenées à se croiser à un moment donné. D’un coté ces discussions anonymes à propos de la chanteuse sur un « chat internet » (l’intro du film vous interpellera immédiatement par son originalité) et de l’autre les destins mêlés de plusieurs jeunes japonais, en particulier quatre d’entre eux. On suivra alors ces adolescents durant plusieurs années de leur vie : nous connaîtrons ainsi leurs joies (incroyable passage à Okinawa immersif au possible), leurs peines, rebellions et divers autres déboires. Plus ou moins graves. Plus ou moins creusés dans leur être et dans leur chair.

Avec ce scénario à propos de la chanteuse Lily qui est devenu un roman interactif (sur Internet), avec ce roman qui est ensuite devenu un film aux chansons qui confinent à l’irréel, Iwai Shunji continue de tracer sa route dans le sillage des plus grands réalisateurs japonais. En innovant régulièrement tout en rencontrant le succès public, le sillon creusé par Iwai promet d’être profond et de s’étendre encore loin vers l’horizon.
Je ne savais pas par où commencer ma critique, mais je sais comment la terminer ; en évoquant cette sensation qui m’habite presque immanquablement lorsque je quitte le générique d’un film de Iwai Shunji : cette étrange impression d’avoir une nouvelle fois un peu plus chaud quelque part à l’intérieur.
Sans doute près du cœur.

Oli :